Workshop








Szendy Stephane pratique les métiers d'art de sculptures et de bijoux alliant martelage, bois, bronze, verre, émaille, os, corne, patine.
La première chose qui nous frappe en parlant avec Szendy Stéphane est le nombre de techniques maîtrisées. En effet, durant ses 3 années de formations auprès d’artistes ainsi que durant son enfance ou bien ses études, il apprit à maîtriser plus de 7 techniques différentes. Tout y passe : travail de la terre (notamment du grès), du verre, du bois maîtrisant par ailleurs les méthodes de marqueterie (association de diverses essences de bois) mais aussi des méthodes de dinandier (travail du bronze, laiton, cuivre…) , d’émaillage, et la patine… Il s’agit alors d’un artiste polyvalent n’hésitant pas à mobiliser tous ses savoir-faire pour réaliser ses bijoux et sculptures.

En plus de maîtriser ces diverses techniques, on retrouve chez lui un soin tout particulier accordé au détail hérité de sa formation auprès d’un bijoutier sculpteur. De ce fait, les finitions de ses bijoux et sculptures, petites ou grandes sont parfaites et il ira même jusqu’à travailler le socle de ces dernières considérant qu’ils font partie intégrante de l’œuvre. Ce dernier acquiert donc, en plus de son aspect fonctionnel (maintenir une sculpture), une dimension esthétique, disparaissant ainsi dans l’œuvre globale.


Puisant dans les formes brutes de la nature et dans l’immense héritage des objets de l’histoire de l’Art. Stephane Szendy crée des sculptures avec un degré de finition digne d’un joaillier.











Finement ciselées dans différentes essences de bois et divers métaux auxquels il ajoute parfois d’autres matériaux tels que le plexiglas, la pierre ou des cristaux. Les sculptures de Stéphane Szendy sont très stylisées et ne sont pas sans évoquer l’art statuaire de quelques civilisations lointaines.



Ce travail sur la forme s’intègre aussi à un minutieux travail graphique au travers des jeux de stries de couleurs que lui offrent les matériaux utilisés.



Souci du détail, toujours, qui amène Stéphane Szendy à ne rien négliger et à traiter avec le même soin, par exemple, les socles de ces sculptures pour livrer un objet d’une totale unité.

Au final, des sculptures d’une esthétique sobre, mi totems – mi trophée, qui posent leur silencieuse présence